UNITE ET ACTION - Snes -
Nous écrire à
uasnes@uasnes.org

Recherche

L'article appartient à cette rubrique :
En débat

La FSU doit adhérer à la CSI

dimanche 22 avril 2007

La FSU doit adhérer à la CSI

Actuellement, la FSU en tant que telle n’a aucune affiliation internationale. Elle est la seule organisation syndicale française de cette importance à être dans ce cas. Or, l’activité syndicale internationale est nécessaire pour assurer la défense efficace des salariés et le développement des droits sociaux. Dans un contexte de mondialisation libérale, le développement du syndicalisme dans les pays de l’ancien bloc soviétique, dans les pays en voie de développement ou émergents, est un impératif qui va de pair avec la construction de solidarité internationale et la mise en place de revendications communes qui harmonisent vers le haut les conditions de travail et de rémunération et empêchent ainsi le dumping social.

La Confédération Syndicale Internationale (CSI) a été créée en novembre 2006. Elle est le résultat d’un processus de fusion entre les deux principales organisations syndicales internationales, la Confédération Internationale des Syndicats Libres (CISL) et la Confédération Mondiale du Travail (CMT). Elles ont été rejointes, dans leur démarche unificatrice par une dizaine de syndicats non-affiliés, très impliqués dans le processus de création de la CSI.

A l’heure actuelle, la CSI compte 168 millions d’adhérents, dans plus de 150 pays. En France, la CGT, la CFDT, FO et la CFTC en sont membres.

Si le rapport de force interne à la CSI, évidemment dominée par les syndicalismes de masse aux orientations parfois bien timides, fait qu’il y aurait beaucoup de choses à dire sur les choix de la CSI, il existe en son sein des organisations syndicales, notamment européennes et africaines, qui partagent de longue date la conception du syndicalisme que la FSU défend. Ainsi, la CSI a participé au Forum Social Mondial de Nairobi, et, récemment, a soutenu sur le terrain les luttes des syndicats et du peuple Guinéen pour la démocratie politique et sociale.

Adhérer à la CSI, c’est faire le pari de la force de conviction de notre syndicalisme, de sa capacité à se rassembler avec ceux qui partagent ses orientations. C’est croire en la justesse de nos arguments et de nos analyses. C’est accepter la confrontation avec d’autres syndicalismes. Bref, c’est faire l’UNITE.

Car qu’on ne se leurre pas : il n’y a pas d’alternative à l’adhésion à la CSI. Ceux qui prônent la constitution d’une « autre internationale » savent bien qu’elle n’a aucune chance de se faire alors même que les organisations syndicales qui sont les plus proches de nous ont choisi de placer leur travail international dans le cadre de la CSI.

Le courant de pensée UNITE et ACTION, appelle donc les syndiqués à se prononcer comme 55% des délégués du congrès national de la FSU de Marseille, POUR L’ADHESION A LA CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE.

contribution du collectif UA fédéral de l’Oise, publiée sous les signatures de : Christian MAX, secrétaire fédéral départemental adjoint, Claude AURY, SNUipp, Julien QUINTIN, Unatos, Thierry PATINET, SNEP, Hervé LE FIBLEC, SNES.

-->
Vous êtes sur un site internet créé avec le système de publication SPIP.