UNITE ET ACTION - Snes -
Nous ťcrire ŗ
uasnes@uasnes.org

Recherche

Tendances et courants de pensťe

mardi 1er novembre 2005

Stage s3 Lille « Entrťe dans le SNES » 15 et 16 avril 2004

(Karine Boulonne et Karine Van Wynendaele)

Dcument distribuť aux stagiaires

TENDANCES ET COURANTS DE PENSEE

D’aprŤs le dossier de l’institut de la FSU, fťvrier 2000, Les tendances et l’histoire du syndicalisme enseignant. ( DalanÁon)

-Question de vocabulaire :

Le mot tendance ťvoque un corpus de rťfťrences idťologiques ; certains ont pensť que cela pouvait conduire au dogmatisme et faire ťclater l’unitť syndicale. Choix d’un autre mot : Le courant de pensťe rassemble des gens ayant par ailleurs des convictions diffťrentes, mais susceptibles de se rassembler sur des objectifs communs. EE dťfend le droit de tendance. UA prťfŤre le terme courant de pensťe. On entend parfois aussi utiliser le mot sensibilitť qui semble encore moins contraignant.

-Quels ťlťments dťfinissent une tendance ?

Une mťmoire commune, un vocabulaire, des rťfťrences culturelles, des discours et des pratiques. Avoir une expression indťpendante, motions, journaux, positionnement / certains problŤmes, une trťsorerie (importance de l’autonomie financiŤre de la tendance).

-Les tendances sont-elles nťcessaires ?

Pour certains, elles garantissent le dťbat dťmocratique et l’expression de tous les courants de pensťe. EE revendique l’existence des tendances. Cela constitue un pilier des statuts de la FSU : Article 1 des statuts de la FSU : la fťdťration rassemble « les syndicats nationaux, les sections dťpartementales et les tendances dont le droit d’existence est garanti dans la fťdťration ». Pour d’autres, les tendances sclťrosent le dťbat et amŤnent chacun ŗ voter selon sa tendance.

-Quand un groupe devient-il une tendance ?

Quand il y a une expression publique en direction des autres, une compťtition pour le pouvoir (concourir ŗ un scrutin dont l’enjeu est de rťpartir les siŤges d’une direction syndicale). La motion Bonissel-ValiŤre demande l’ťlection ŗ la proportionnelle par listes (ce qui revient ŗ affirmer le droit de tendance et l’expression par courant de pensťe).

-Les tendances ont toujours existť dans le mouvement ouvrier, politique ou syndical.

La CGT a toujours refusť le fonctionnement en tendance au nom du centralisme dťmocratique. En 1936, lors de la rťunification (CGT et CGT-U) : « la libre opinion et le jeu de la dťmocratie ne saurait justifier l’existence d’organismes agissant dans le syndicat comme une fraction » : donc pas de tendances. En 1992, lors de la scission FEN - FSU, la FSU adopte un fonctionnement par tendance. Tandis que la FEN ťvolue en sens inverse et abandonne les tendances ŗ cette date.

Bref historique

Dťs 1948 la FEN reconnaÓt les tendances, reflet des oppositions de conception du syndicalisme. Les trois principaux courants de pensťe sont alors :

- « Majoritť autonome » : La tendance autonome et majoritaire, rťformiste. Cette tendance prendra le nom en 1971 d’ « Unitť, Indťpendance et Dťmocratie » -UID. Lors de l’ťclatement de la FEN en 1992, les membres de cette tendance qui choisiront de rester au sein du SNES prendront le nom d’UID-R (tendance qui ne prťsente pas de liste actuellement).

- La tendance pro-cťgťtiste qui reprťsente le courant rťvolutionnaire. Cette tendance, qui ne veut pas en Ítre une ŗ l’origine et sera reprťsentťe par le SD « Bouches du RhŰne », appelťe « Union et Action Syndicale » en1952/53 dans le SNET et liste B dans le SNES, deviendra « Unitť et Action » -UA- ŗ partir de 1966.

- La tendance « Ecole Emancipťe » -EE- dominťe par les anarcho-syndicalistes rejoints par les militants trotskistes. Une des originalitťs d’EE est qu’elle est une tendance transversale, c’est-ŗ-dire qu’on la retrouve ŗ SUD, ŗ la CFDT, au SE, ŗ la CGT, etc...

En 1968/69, EE connaÓt une premiŤre scission avec la crťation de « Pour le Front Unique Ouvrier » -FUO (dont l’essentiel des membres partira ŗ FO au dťbut des annťes 80, ce qui aboutira ensuite ŗ la crťation de PRSI) Depuis le congrŤs de la Rochelle (2001), nouvelle scission ŗ l’intťrieur d’EE : EE Collongeon qui participe ŗ l’exťcutif, EE Stambul (devenue « Emancipations ») qui s’y refuse ū prťsentation de listes distinctes aux ťlections internes depuis cette date

D’autres tendances sont plus rťcentes et/ou ont connu une existence ťphťmŤre (Autrement, Idees, etc...).

Actuellement 4 tendances prťsentent des listes lors des ťlections nationales internes au SNES : UA (80.3 %), EE (11.1 %), Emancipation (3.8 %), PRSI (4.9 %) (chiffres 2003)

-->
Vous Ítes sur un site internet crťť avec le systŤme de publication SPIP.