UNITE ET ACTION - Snes -
Nous écrire à
uasnes@uasnes.org

Recherche

L'article appartient à cette rubrique :
En débat

Définir une stratégie syndicale fédérale lisible et offensive

vendredi 6 janvier 2006

Par Bernard Duffourg

Les dernières élections professionnelles ont montré une nouvelle progression de la FSU dans l’Education Nationale. Sa représentativité ainsi renforcée, son implantation croissante dans un nombre de plus en plus important de secteurs de la Fonction Publique, le rôle déterminant qu’elle a joué dans les mouvements sociaux de ces dernières années (2000, 2003), comme dans les mobilisations de 2005, lui donnent à la fois une place incontestable, bien qu’encore contestée par les confédérations, dans le paysage syndical, et une responsabilité particulière à assumer, dans son champ de syndicalisation et au-delà ; et les attentes des personnels de l’Education Nationale, de la Fonction Publique, voire au-delà, sont à la hauteur de ces responsabilités.

Notre fédération doit, dans les semaines à venir, répondre à ces attentes, et assumer pleinement ses responsabilités.

De ce point de vue, la stratégie syndicale de la FSU manque de lisibilité, notamment depuis la rentrée dernière, et n’est plus à la hauteur de la situation, pas plus au niveau Education Nationale (incapacité de mettre en œuvre une action fédérale nationale au mois de novembre) qu’au niveau Fonction Publique.

Alors que la politique de remise en cause du rôle de la Fonction Publique et des Services Publics dans notre pays, de suppressions massives de postes de fonctionnaires, de privatisations, de cession au privé de missions de service public se poursuit de plus belle, le mouvement syndical n’est pas en capacité d’opposer à la politique gouvernementale une riposte unitaire et les mobilisations indispensables. Tout au plus, des mobilisations sectorielles, parfois importantes, se développent, mais elles sont loin d’être à la hauteur des attaques menées par le gouvernement, et ne sont pas en mesure de mettre en échec sa politique. Alors que la question du rôle et de l’avenir des Services Publics dans notre pays a été au centre des débats lors de la campagne pour le référendum sur le TCE, qu’elle a donné lieu ces dernières années à d’importantes mobilisations partielles, souvent soutenues par une partie importante de l’opinion publique, le mouvement syndical commettrait une lourde erreur politique s’il ne s’en saisissait pas complètement.

Il est de la responsabilité de la FSU de tout mettre en œuvre pour remettre cette question au centre du débat politique dans notre pays et créer les conditions d’un large mouvement le plus unitaire possible. La perspective d’une action unitaire dans la Fonction Publique peut permettre d’avancer dans cette direction. En tout état de cause, notre fédération doit développer une stratégie syndicale claire et lisible qui doit en faire l’un de ses axes prioritaires, en ne se limitant pas aux questions salariales, mais bien en mettant en avant la défense de la Fonction Publique et des Services Publics, leur rôle et leur avenir dans notre pays, et ce dans les semaines à venir, en proposant des initiatives les plus unitaires possibles à l’ensemble des organisations syndicales, à défaut dans un cadre partiellement unitaire, à défaut en engageant des initiatives propres.

Dans cette situation, Unité et Action FSU doit jouer pleinement son rôle pour que la FSU se donne enfin les moyens de définir et de mettre en œuvre cette stratégie, et de mener des actions de haut niveau, dans l’Education Nationale comme dans la Fonction Publique et les Services Publics.

-->
Vous êtes sur un site internet créé avec le système de publication SPIP.