UNITE ET ACTION - Snes -
Nous écrire à
uasnes@uasnes.org

Recherche

L'article appartient à cette rubrique :
En débat

La construction européenne

dimanche 3 septembre 2006

Tout en gardant sa spécificité de fédération de l’Education et des services publics, il est indispensable que la FSU s’interroge sur un système économique capable de les financer, ou pour faire court, de permettre une vie économique sur le territoire européen. Car la vraie question n’est pas de savoir s’il faut ou non des services publics en Europe, mais si la production économique, qu’elle soit publique ou privée, est encore possible dans la zone euro, tellement l’euro est surévalué par rapport aux autres monnaies. Cette surévaluation a pour conséquence la délocalisation progressive de toute la production en dehors de la zone euro. Elle a également pour conséquence l’afflux des réfugiés économiques en provenance d’Afrique, que l’on repousse à grands renforts de barbelés aux portes de l’Europe. Elle permet certes le pillage des ressources naturelles des pays à monnaie sous-évaluée, et donc de réduire la facture des importations de pétrole. Mais elle empêche l’Europe d’exporter, sa production étant trop onéreuse.

Il importe de faire entrer dans le débat public les questions économiques européennes, qui se règlent à l’heure actuelle à huis clos entre la banque centrale et les gouvernements de la zone euro, dans un dialogue loin d’être consensuel, mais dont très peu d’échos parviennent au citoyen. Il a le droit d’être informé et de donner son avis sur une politique monétaire qui pèse sur le chômage et sur l’emploi. Les syndicats ont un rôle important à jouer dans cette information et ce débat. La force de la monnaie européenne permettrait de dégager des moyens pour financer les services publics et également relancer la croissance de l’économie, qu’elle soit de secteur public ou privé. Tel n’est pas le choix de la banque européenne, obsédée par la crainte de l’inflation, alors que la récession menace. D’autre choix économiques sont possibles. Ils doivent être discutés au Parlement Européen, sous le contrôle d’une opinion publique éclairée.

Elisabeth Hamzé, Strasbourg

-->
Vous êtes sur un site internet créé avec le système de publication SPIP.